You are here

» Les Voeux de notre évêque à ses diocésains en cette fin d'année

 

Noël 2011

1° Janvier 2012

Pardon....Tendresse

               

C'est avec ces deux mots que je veux vous apporter mes vœux pour ces fêtes.

            Ces deux mots je les porte très fort depuis que j'ai découvert il y a quelques semaines ce « testament » de Mohammed, ce jeune Algérien qui, chauffeur de Mgr Claverie, évêque d'Oran, a été tué avec lui.

« Au nom de Dieu le Créateur, le Miséricordieux

Avant de lever mon stylo, je vous dis : la Paix soit avec vous.

Je remercie celui qui va lire mon carnet de souvenirs, et je dis à chacun de ceux que j'ai connus dans ma vie que je les remercie.
Je dis qu'ils seront récompensés par Dieu au dernier jour.

Adieu à celui qui me pardonnera au jour du jugement ;

Et à celui à qui j'aurai fait du mal, qu'il me pardonne.

Pardon à celui qui aurait entendu de ma bouche une parole méchante, et je demande à vous mes amis de me pardonner en raison de ma jeunesse.

Mais en ce jour où je vous écris, je me souviens de ce que j'ai fait de bien dans ma vie.

Que Dieu dans sa toute-puissance, fasse que je Lui sois soumis et qu'il m'accorde sa tendresse. »

Pardon...Tendresse.... ce sont deux sentiments que je voudrais pouvoir vivre avec vous durant toutes ces fêtes et durant toute cette année qui vient.

Pardon...Tendresse...deux sentiments que nous voudrions tellement partagés entre humains !

Pardon....Tendresse....deux sentiments que nous recevons de Dieu pour en vivre.

                Ces deux sentiments ont illuminé mon année qui a été encore plus riche que les précédentes en événements de toutes sortes, en rencontres plus riches les unes que les autres. Pour vous tous, n'en est-il pas de même ?

Avec cette année nous entrons dans une ère nouvelle ; de nombreux projets, dans de nombreux secteurs risquent de voir le jour. C'est notre vœu le plus concret. Un Maroc nouveau est en train de naître, j'espère que nous saurons épouser son rythme, qui n'est pas forcément le nôtre.

Mais le Pardon...la Tendresse...ne conduisent-ils pas à accepter l'autre jusque dans ses différences que nous ne comprenons pas toujours. C'est alors que nous pourrons être passionnément heureux.

Aidons-nous à vivre tout cela.

Très fraternellement dans le Cœur du Christ.

                                      +Vincent LANDEL s.c.j.

On pourra relire

l'Edito du bulletin n°106

Rubrique: