You are here

» Dans l'Esprit de Saint François

 

De la célébration du Passage « Transitus » de Saint François

Le 3 Octobre 2009 à Marrakech...

Ces quelques extraits pour guider notre prière  

durant ce trimestre

 

      Célébrant la mort de Saint François, son retour au Père des cieux, nous découvrons qu'il s'agit en fait d'un triomphe. Celui d'une nouvelle naissance, au sens où Jésus l'a proposée à Nicodème :

« A moins de renaître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de DIEU... Ne t'étonne pas si je t'ai dit, il nous faut renaître d'en haut ; le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. »

    Chacun d'entre nous, n'est-il pas invité à cette renaissance, païens et matérialistes que nous sommes devenus ?

 Considérons la mort de François dans cette perspective.

    Dans son cantique des créatures, il célèbre notre sœur l'Eau dans une familiarité avec frère Vent (entendez l'Esprit) qui s'accomplit dans l'union des deux. C'est aussi un triomphe, un achèvement, un grand rêve inachevé.

« A moins de renaître d'eau et d'Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume des Cieux. »

 Tout ceci nous invite à relancer notre vie spirituelle de baptisés et pour certains de consacrés, vers un accomplissement qui s'amorce dans notre quotidien. Pourquoi ce soir tourner nos regards vers l'eau, cette eau qui fait problème aujourd'hui dans un monde où elle se raréfie ?... Déjà dans le premier chapitre de la genèse, le souffle de DIEU planait sur les eaux. ... Les poètes eux-mêmes ont chanté ce couple fraternel où l'eau et le vent se donnent la main, et ce n'est pas par hasard.

  

            Dans son cantique, François s'exprime en ces termes : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour Frère Vent et pour l'air et pour les nuages, pour l'azur calme et pour tous les temps, par lesquels tu donnes soutien à toute Créature ! Loué sois-tu, Mon Seigneur, pour Sœur l'Eau  qui est très utile et très humble, précieuse et chaste ! »

            Même si l'irruption de frère vent sème parfois l'épouvante, jamais il n'ébranlera la paix de François ; pas davantage elle ne l'incitera à exorciser les angoisses remontant des zones d'ombre...

            L'homme qui a renoncé à sa propre sagesse et à sa soif de domination est toujours disponible et prêt à accomplir cette part non rationnelle de son être que symbolise assez bien sœur l'eau...

            Un tel homme se voit uni à l'Esprit du Seigneur qui le pénètre comme l'hôte de sa demeure.

            Les deux extraits du cantique interrogés ce soir, l'Eau et le Vent, pourraient déjà se définir brièvement ainsi :

  • - L'eau est avant tout une puissance d'attente, de désir, passive et rêveuse...
  • - Quant au vent, il se définirait assez bien comme son opposé. C'est une force d'initiative toujours aux abois et à la recherche de complicité avec l'eau.

Ces deux éléments, eau et vent, s'appellent l'un l'autre en vue d'une fécondation qui renvoie à l'action première de l'Esprit de Yaweh inséminant les eaux primordiales dans les origines du monde... (Dans le Livre de la Genèse).

            Vint l'heure de la mort elle-même de François...

 

             Il n'avait jamais cessé de s'acheminer vers ce moment... Renaissant souvent « de l'eau et de l'Esprit »... Particulièrement quand, aveugle et affaibli, il composait le cantique des créatures... Pauvre et libre à la fois... François écoutait intérieurement la chanson de sœur l'eau dans sa communion à frère l'Esprit... S'exposant à l'inspiration... Rêvant de la seule présence bienveillante de son Seigneur dans sa grande aventure de la création, celle là même du souffle s'incorporant à la matière et à l'eau... à transformer et à animer !...

            François, plus vivant que jamais... déjà « renaît » si souvent au long de ses années, est prêt à son entrée dans la gloire... Et la mort n'est pas pour lui un point final, mais plutôt un accomplissement voire un triomphe...

   

Envoyé par le Père Gilles

de la part de la communauté de Marrakech

 

  

Rubrique: