You are here

» Appel d’Assise pour "La paix" 4-5 septembre 2006

Hommes et femmes de religions
différentes, nous nous sommes retrouvés à Assise, ville de François, le
saint de la paix, alors que notre monde traverse des moments
difficiles, sous le poids des tensions, des conflits, des menaces
terroristes.
Nous avons évoqué l’initiative audacieuse et prophétique de Jean-Paul
II qui, en 1986, en pleine guerre froide, invita à Assise les leaders
religieux du monde pour prier pour la paix. Ce fut le début d’un chemin
de dialogue, de prière et de paix, qui est maintenant revenu à Assise.
C’est un chemin qui a libéré des énergies de paix et a continué à
nourrir l’espoir de beaucoup d’un avenir de paix.
Ces jours-ci, nous nous sommes penchés sur nos diverses traditions
religieuses qui, de manière différente, témoignent d’un message de paix
aux racines anciennes. Nous avons dialogué avec des hommes et des
femmes de culture laïque et humaniste. Nous avons vécu une école de
dialogue.
Aujourd’hui nous nous sommes recueillis en prière selon nos diverses
traditions religieuses, convaincus de la valeur de l’invocation à Dieu
dans la construction de la paix. Nous avons montré que la prière ne
divise pas, mais qu’elle unit : nous avons prié les uns à côté des
autres, nous ne prierons jamais les uns contre les autres.

Nous avons porté notre attention sur de nombreuses
situations de conflit et de douleur, qui frappent des milliers de
personnes, un grand nombre de familles et de peuples. Nous avons
partagé leur souffrance. Nous ne voulons pas les oublier ni nous
résigner à leur douleur.
Le monde d’aujourd’hui est traversé par beaucoup de problèmes. Mais ce
n’est pas pour autant que nous nous résignons à la culture du conflit
qui ne voit d’autre issue que l’affrontement pour l’avenir proche
d’entières communautés religieuses, de cultures et de civilisations.
Nous sommes des hommes et des femmes croyants, nous ne sommes pas des
ingénus. Le siècle qui s’est écoulé nous a montré comment les guerres
mondiales, la Shoah, les génocides aux dimensions inimaginables, les
oppressions de masse, les idéologies totalitaires, ont volé des
millions de vies humaines et n’ont pas renouvelé le monde comme elles
le promettaient. C’est pourquoi nous disons : aucun affrontement n’est
un destin inévitable, aucune guerre n’est naturelle. La paix est un
bien auquel on ne peut renoncer, même quand l’atteindre semble une
entreprise difficile ou désespérée. Nous voulons aider chaque homme et
chaque femme, les responsables des gouvernements, à se détourner du
pessimisme, et à découvrir que l’espérance est proche si l’on sait
vivre l’art du dialogue. Les religions habituent les croyants à vivre
des valeurs de grande envergure jugées par beaucoup difficiles à mettre
en pratique. Nous ne pouvons pas renoncer à combler l’abîme entre les
riches et les pauvres et à chercher la paix par tous les moyens. Tel
est l’espoir que nous communiquons et que nous proposons ici depuis la
colline d’Assise, en demandant aux fidèles de nos communautés de prier
et d’œuvrer pour la paix.

Nous croyons au dialogue, patient, authentique,
raisonnable : un dialogue en quête de paix, pour éviter les abîmes qui
divisent les cultures et les peuples et qui préparent de graves
conflits. Nous tous, représentants de religions différentes, avons
affirmé la valeur du dialogue, du vivre en paix que nous avons vécu au
long de ces jours dans un esprit d’amitié, devenant un modèle et un
exemple pour les fidèles de nos communautés.
La guerre n’est pas inévitable. Les religions ne justifient jamais la
haine et la violence. Ceux qui utilisent le nom de Dieu pour anéantir
l’autre s’éloignent de la religion pure.
Que ceux qui sèment la terreur, la mort, la violence, au nom de Dieu,
se souviennent que la paix est le nom de Dieu. Dieu est plus fort que
ceux qui veulent la guerre, que ceux qui cultivent la haine, que ceux
qui vivent dans la violence.
C’est pourquoi notre espérance est celle d’un monde de paix. Rien n’est
perdu avec le dialogue, tout est possible avec la paix ! Alors, plus
jamais la guerre. Que Dieu accorde au monde le don merveilleux de la
paix !

Assise, le 5 septembre 2006