You are here

» AÏD MOUBARAK à Mohammedia

 

Comme chaque année, le jour de l’Aïd el Adha est différent. La ville se tait de ses bruits habituels pour être habitée de la prière du matin, puis des bêlements des milliers de moutons qui attendent le moment du sacrifice.

Dans la cour de l'église aussi, nous avons sacrifié le mouton. Il a été offert par Monsieur Mfadel député de la ville. Cette année, ses deux fils sont venus pour le sacrifice, lui-même n’ayant pas pu être présent. Nous étions une petite vingtaine de paroissiens dans la cour pour le sacrifice. Dans son mot d’accueil, le père Julien a souligné l'ambiance très fraternelle et l'esprit d'ouverture à la différence qui régnaient en ce jour de fête. Avec la chorale, des fidèles de la paroisse, des sœurs Franciscaines et des amis Marocains, nous avons partagé un moment de prière à partir d'une sourate du Coran la prière d'Abraham. 

 

« Toi, Seigneur des mondes, Tu m'as créé, c'est Toi qui me guides. C'est Toi qui me nourris et qui me donnes à boire. Si je tombe malade, c'est Toi qui me guéris. C'est Toi qui décideras de ma mort, puis me rendras la vie. C'est de Toi que j'espère le pardon de mes fautes au jour du jugement.

Seigneur ! Accorde-moi la Sagesse, et compte-moi au nombre des Justes ! Assiste-moi au dernier jour ! Fais-moi la grâce d'être parmi ceux qui gagneront la félicité du Paradis ! Ne me fais pas un triste sort au jour de la résurrection ! Au jour où ni la fortune, ni les enfants ne seront d'aucun secours, et où seul comptera pour l'homme de s'en remettre à Toi d'un cœur pur

[1]

. »

 

Un buffet gourmand préparé par Fatima a conclu notre rencontre. Véritable instant de bonheur. Dieu devait certainement se réjouir avec nous.

 

Le mouton a été ensuite cuisiné et partagé lors de la journée de rentrée paroissiale, un mois plus tard.

 

Charles Dago, correspondant local à Mohammedia



[1]

Coran, Sourate XXVI